François Ruffin : “Vous ne dirigez plus, mais vous dominez toujours”

Vous avez perdu le consentement.
Vous ne dirigez plus.

Il ne vous reste, alors, que la domination, que la force de coercition : la police tous les samedis, les matraques et les gaz lacrymogènes, les milliers de manifestants blessés, une centaine en “urgence absolue”, des mutilés à vie, des estropiés, des éborgnés.

Et qu’importe les atteintes à la démocratie, qu’importe les appels du Conseil de l’Europe à “mieux respecter les droits de l’Homme”, qu’importe les alertes de l’Organisation des Nations Unies sur l’ “usage excessif de la force”.

Parce que vous tenez par cela, désormais: par la force de coercition.
Vous ne dirigez plus : vous dominez.