LETTRE OUVERTE : Jean-Christophe SELLIN, Conseiller régional Occitanie, au préfet de la Haute-Garonne

“Ta gueule”, “gaucho”, “sale connard” : un élu d’Occitanie insulté par des policiers pendant l’acte XV des Gilets jaunes



Monsieur Etienne Guyot
Préfet de la Haute-Garonne
Préfet de la région Occitanie

Objet : comportement policier contraire aux règles républicaines

Monsieur le Préfet,

Il est de mon devoir de citoyen et d’élu de la République de porter à votre connaissance et sous forme de lettre ouverte, les faits qui se sont déroulés en marge de la manifestation du samedi 23 février à Toulouse.

Après avoir manifesté tranquillement avec une dizaine d’amis dans le cadre de la manifestation des Gilets Jaunes et après avoir été gazés place du Capitole, je me suis réfugié avec eux jusqu’au café-restaurant Le Pery (22 rue Gabriel Péri 31000 Toulouse).

A 18h15, un groupe de la BAC (Brigade Anti-Criminalité) fait irruption au milieu de la terrasse de ce café-restaurant où nous sommes attablés (traversant un lieu privé au titre de la réglementation des terrasses). Nous sommes bousculés. Je demande alors à ces policiers de se calmer car aucun danger ne les menace.

Je fais savoir que je suis élu, mettant mon écharpe (que j’ai toujours sur moi).
Des policiers m’insultent avec des mots choisis : “Ta gueule”, ” Gaucho “, “Sale connard”.

Ce qui s’est passé rentre manifestement en contradiction avec les règles républicaines qui donnent une légitimité aux forces de l’ordre pour agir et avec le code de déontologie de la police nationale et de la gendarmerie nationale dont je rappelle ici quelques articles :

Article R. 434-10 – Discernement

Le policier ou le gendarme fait, dans l’exercice de ses fonctions, preuve de discernement. Il tient compte en toutes circonstances de la nature des risques et menaces de chaque situation à laquelle il est confronté et des délais qu’il a pour agir, pour choisir la meilleure réponse légale à lui apporter.

Article R. 434-11 – Impartialité

Le policier et le gendarme accomplissent leurs missions en toute impartialité. Ils accordent la même attention et le même respect à toute personne et n’établissent aucune distinction dans leurs actes et leurs propos de nature à constituer l’une des discriminations énoncées à l’article 225-1 du code pénal.

Article R. 434-12 – Crédit et renom de la police nationale et de la gendarmerie nationale

Le policier ou le gendarme ne se départ de sa dignité en aucune circonstance.
[…] Il s’abstient de tout acte, propos ou comportement de nature à nuire à la considération portée à la police nationale et à la gendarmerie nationale. Il veille à ne porter, par la nature de ses relations, aucune atteinte à leur crédit ou à leur réputation.

Article R. 434-14 – Relation avec la population

Le policier ou le gendarme est au service de la population. Sa relation avec celle-ci est empreinte de courtoisie et requiert l’usage du vouvoiement. Respectueux de la dignité des personnes, il veille à se comporter en toute circonstance de manière exemplaire, propre à inspirer en retour respect et considération.

Malheureusement, les faits du 23/02/2019 ne sont ni anodins ni isolés. Des dizaines de témoignages, de vidéos attestent non seulement d’une dérive sinon d’une systématisation de ce genre de pratiques depuis plusieurs mois.
Pour ma part, j’attends des éclaircissements et des excuses.

Veuillez croire, Monsieur le Préfet, à mes salutations républicaines, respectueuses et vigilantes.

Jean-Christophe SELLIN, Conseiller régional Occitanie

Source :